Pourquoi la Finance Verte Est-elle Juste une Illusion ?

Depuis 2007, où le concept a vu le jour sur le plan international, la finance verte est toujours à la recherche de ses vrais investisseurs. En effet, les projets écologiques s’avèrent être plus coûteux que les classiques. Ce qui entraîne leur faible rendement, qui n’est pas du tout attrayant.

Les obligations vertes sont-elles vraiment vertes, et quels sont leurs impacts réels sur l’environnement ? Découvrez pourquoi ce principe ne contribue pas tellement à la transition énergétique.

ANNONCE
  • Les Principes de la Finance Verte
  • Les Retombées de la Finance Verte sur L’environnement
  • La Définition de la Taxonomie Verte
  • Les Projets Verts Face aux Investissements Classiques
  • La Finance Verte est-elle Effective ?
  • Conclusion

Pourquoi la Finance Verte Est-elle Juste une Illusion ?

Les Principes de la Finance Verte

La finance verte regroupe les produits financiers relatifs à la transition énergétique et écologique. Le principe consiste à mettre sur le marché des actions ayant trait à des projets qui visent à rendre notre planète plus vivable. Ce qui implique la réduction de l’émission de CO2 et des gaz à effet de serre.

Pourquoi la Finance Verte Est-elle Juste une Illusion ?

C’est en 2007 que la Banque européenne d’investissement vend, pour la première fois, des obligations vertes. La réussite de cet acte encourage les autres établissements financiers internationaux à faire de même. C’est le cas de la Banque Mondiale, qui s’y met dès 2008.

Les acteurs de la finance adoptent le principe, et les produits proposés ne cessent d’augmenter. Les demandes ne font que croître, et les activités se multiplient. L’objectif, sur le plan international, est d’arriver à investir jusqu’à mille milliards de dollars, dans le domaine, en 2020, pour transiter vers l’économie dite responsable.

La prévision s’est concrétisée, et le chiffre estimé a été atteint. Cependant, la question se pose si toutes les actions rendent vraiment service à la planète. En effet, le caractère écologique de tous les projets est discutable.

Comprendre les Obligations Vertes

Les obligations vertes représentent les fonds mis à la disposition des entreprises, pour financer des projets écologiques. Les investisseurs spécifient alors leurs préférences, quant à l’utilisation de cet argent. Dans certains cas, eux-mêmes choisissent les projets qui répondent aux exigences environnementales.

Il y a des structures qui permettent aux émetteurs de green bonds de suivre la réalisation de ces projets, afin d’en évaluer les impacts sur la planète. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. En effet, certaines entreprises pratiquent le greenwashing, juste pour bénéficier des financements.

Il faut également comprendre qu’il y a des critères qui définissent les obligations vertes. Des labels ont été institués, pour classifier les fonds mis à disposition. Cependant, il est courant qu’un épargnant ne sache pas d’où viennent les intérêts qu’il récolte, à travers la somme qu’il a placée.

Les Retombées de la Finance Verte sur L’environnement

La finance verte vous donne le droit de choisir où placer votre argent. Évidemment, si vous souhaitez participer à la sauvegarde de la planète, vous pouvez décider de n’investir que dans les projets qui apportent des bénéfices écologiques. Vous devez cependant vous attendre à ce que le rendement ne soit pas trop considérable.

Pourquoi la Finance Verte Est-elle Juste une Illusion ?

De plus en plus d’institutions se tournent vers l’investissement durable. Ce qui a permis de noter le déclin des projets classiques. Le résultat est visible sur le marché de la bourse. D’ailleurs, la Banque européenne d’investissement décide de financer seulement les activités écologiques dès 2019.

Cependant, ce sont des initiatives qui ne sont pas suivies par tous les acteurs de la finance. C’est la raison pour laquelle l’impact réel sur l’environnement n’est pas perceptible. Même si la production des gaz à effet de serre a diminué, à côté, il y a encore des activités industrielles qui font le contraire.

L’efficacité réelle de la finance verte ne sera donc visible qu’à long terme. L’objectif de la Net Zero Banking Alliance est de diminuer considérablement l’exposition aux gaz à effet de serre d’ici 2050. Il s’agit d’un ensemble de 43 banques qui se sont engagées à financer seulement des projets verts, pour arriver à la neutralité carbone.

Comprendre la Neutralité Carbone

Il s’agit de l’absence totale d’émissions négatives dans l’atmosphère. La meilleure manière d’y arriver est de prohiber les activités qui en produisent. Cependant, le processus ne peut être radical, au risque d’anéantir l’économie classique.

La neutralité carbone concerne, à l’origine, le gaz carbonique, qui est le CO2. Cependant, le sens s’est élargi aux autres gaz à effet de serre. Ce qui complique la mesure de la neutralité, en raison des propriétés de chaque gaz.

L’évaluation doit se faire en considérant un périmètre bien défini. Il peut s’agir d’une commune, une ville, un pays, avant de penser à toute la planète. Il faudra donc des initiatives à tous les niveaux.

La Définition de la Taxonomie Verte

La législation européenne sur la finance verte est en cours d’élaboration. La taxonomie verte a pour objectif de définir le caractère durable des projets, et d’encadrer les investisseurs et les emprunteurs. En attendant, les acteurs économiques se basent sur de nombreux critères pour différencier les projets financés.

Pourquoi la Finance Verte Est-elle Juste une Illusion ?

La classification des sources d’énergie prête encore à confusion, tant en Europe que dans le monde entier. En effet, le gaz naturel est considéré comme plus écologique. Cependant, sa production est industrielle, et fait partie des causes du réchauffement climatique.

L’énergie nucléaire émet peu de gaz carbonique. Pourtant, la mesure de son empreinte écologique diffère selon les secteurs. De plus, le processus de production utilise des ressources naturelles. Ce qui a un impact négatif sur le réchauffement.

Ce ne sont que des échantillons des éléments qui compliquent l’établissement de la taxonomie verte. La réglementation est cependant nécessaire, afin de protéger les différents acteurs, et encourager la transition énergétique.

Les Critères de Classification des Projets

L’émission de gaz à effet de serre est évaluée sur une période d’un an, pour chaque projet. Il s’agit de mesurer l’empreinte carbone, à travers l’activité en question. Mais la question de la définition des gaz à considérer reste toujours d’actualité.

L’impact d’un projet ne peut dépasser l’alignement 2°C. Pour le moment, cette mesure est valable, seulement pour certaines activités. Il faut donc attendre que tous les secteurs l’intègrent dans l’évaluation de leurs actions.

L’empreinte écologique se mesure à travers les effets des activités de chaque population sur l’environnement. D’autres critères sont utilisés selon les activités, et selon le pays. D’où la nécessité d’une réglementation internationale, afin d’effectuer une évaluation globale des projets et des actions humaines sur la planète.

Les Projets Verts Face aux Investissements Classiques

Les projets écologiques coûtent plus cher, par rapport aux activités classiques. Julien Lefournier expose la situation dans son livre L’illusion de la finance verte, co-écrit avec Alain Grandjean. Il est évident que e remplacement des combustibles qui produisent du gaz à effet de serre nécessite un grand investissement de la part d’une société.

Pourquoi la Finance Verte Est-elle Juste une Illusion ?

À titre d’exemple, l’utilisation d’un biocarburant à la place du kérosène augmenterait de 141% le coût de fonctionnement d’une compagnie aérienne. Le chiffre est énorme. Voilà pourquoi il est question de transition écologique, en attendant le passage complet à l’énergie verte.

De même, l’investissement dans un projet vert implique d’abord la compréhension du précepte. En effet, pour qu’une activité ait un impact positif sur l’environnement, tout le processus doit correspondre à l’objectif. Ce qui n’est pas toujours évident dans une même entreprise.

Le principe du projet peut être écologique, mais si sa réalisation nécessite l’intervention d’un produit non approprié, l’investissement n’entre pas dans le cadre de la finance durable. Il est également important de faire comprendre aux investisseurs que la rentabilité n’est pas semblable à celle des projets classiques.

Qu’en est-il de la Rentabilité ?

L’objectif principal de la finance verte est de rendre notre planète habitable à long terme. Cela implique la réduction, voire l’élimination des gaz à émissions négatives. La rentabilité en chiffre d’affaires n’est donc pas une priorité.

Comparées avec l’investissement classique, les actions vertes rapportent moins, si vous considérez une même période. Or, la plupart du temps, on investit pour gagner plus. Une redéfinition de la rentabilité est donc nécessaire, pour encourager les entreprises.

La Finance Verte est-elle Effective ?

Pour le savoir, il faudra comprendre son impact réel sur la planète. De plus, tant qu’il y a des actions qui rapportent plus de bénéfices, le passage à la finance durable ne peut être que partiel. Néanmoins, la conscientisation de chacun sur le danger que représente le gaz à effet de serre doit être poursuivie.

Pourquoi la Finance Verte Est-elle Juste une Illusion ?

Une stratégie de mise en œuvre pour encourager les investisseurs serait la bienvenue. Le financement de la voiture écologique est un exemple à prendre en compte. Il concerne un seul secteur, mais mérite d’être adapté à d’autres activités.

La finance durable est d’abord une éducation, car elle implique un changement de comportement. Du choix des actions aux résultats attendus, il est nécessaire de redéfinir les priorités. Ce qui rend encore plus distant l’impact environnemental.

Comprendre le Greenwashing

Le greenwashing consiste à accorder à un projet un caractère vert, alors qu’il ne l’est pas. La promotion d’un tel projet peut induire en erreur. En effet, vous investirez, en pensant participer à la finance durable.

Il est constaté que peu de personnes se renseignent sur la nature des activités d’une entreprise, avant d’y placer leur argent. Cela augmente considérablement le risque d’écoblanchiment. Il est donc conseillé de prendre les informations sur tout le processus de fabrication, pour mieux connaître un produit.

C’est la seule manière de savoir si vous investissez réellement dans un projet vert. La transparence des sociétés n’est cependant pas évidente. Ce qui rend difficile la récolte d’informations. Bref, il y a beaucoup à faire, pour l’efficacité de la finance durable.

Conclusion

La finance verte est en phase de balbutiement, car même si les investissements ont atteint le chiffre attendu, les résultats sur la planète sont loin d’être réels. L’absence de réglementation internationale n’arrange pas les choses, et complique la classification des investissements.

Il est important de diminuer, voire d’éradiquer l’écoblanchiment, qui nuit à la crédibilité des projets verts. En effet, la différenciation des actions est primordiale. Espérons que la taxonomie verte nous permette d’y voir un peu plus clair.

ANNONCE